Agents of SHIELD – Saison 1, épisode 1

Agents of SHIELD

Le premier épisode de la série Agents of SHIELD ayant été diffusé aux Etats Unis mardi dernier, je peux enfin cesser de tenir ma langue comme je le fais depuis la Rentrée Marvel où j’ai pu voir cet épisode (et ce n’est pas pratique de tenir sa langue, sans compter que c’est salissant).

Agents of SHIELD est une série se déroulant dans le même univers que les films de Marvel Studios, à savoir le Marvel Cinematic Universe. Joss Whedon, à qui nous devons le film Avengers mais aussi quelques séries télévisées (Buffy, Angel, Dollhouse et Firefly) nous raconte donc les aventures d’une petite unité du SHIELD qui enquêtent sur des affaires étranges.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce premier épisode est très prometteur. Utilisant judicieusement le cadre mis en place par les films, la série dispose d’un univers cohérent qui ne nécessite qu’une exposition minimale pour (re)mettre le téléspectateur dans le bain. Pour un lecteur de comics, ça fait tout drôle de voir à l’écran un univers partagé qui fonctionne aussi bien que sur papier, où ce genre de procédé est banal vu qu’il est en place depuis bien des années.

Les comédiens sont tous très à l’aise dans leur rôle, et on retrouve tout de suite la patte de Joss Whedon dans ce premier épisode mêlant l’action et l’humour. Une mythologie propre à la série se met en place tout de suite, avec des mystères qui laissent à penser qu’il y a des idées fort intéressantes en réserve.

Sur le plan visuel, nous avons droit à des effets spéciaux très réussis et l’ensemble laisse penser que la série a bénéficié d’un budget suffisant pour que le résultat soit soigné (ce n’est pas Mutant X fort heureusement).

Ce premier épisode est donc une grande réussite. Il reste maintenant à espérer que le reste de la série sera du même calibre, il arrive hélas trop souvent que des séries s’écroulent complètement dès leur second épisode (il n’y a qu’à voir la version « moderne » de Knight rider pour s’en convaincre).

Sous la direction de Phil Coulson, une petite équipe du SHIELD (Strategic Homeland Intervention, Enforcement and Logistics Division) a pour mission d’enquêter sur des affaires étranges dans un monde où les super héros et leurs ennemis ont changé la donne.

Agents of SHIELD

Dangers spoilers LA SUITE DE L’ARTICLE CONTIENT DES REVELATIONS SUR L’INTRIGUE (SPOILERS)

Quand on lance une nouvelle série, il y a un élément qui est difficile à doser : l’exposition. Il faut en effet poser les bases de l’univers de la série pour le téléspectateur ne soit pas largué, mais en même temps il ne faut pas en faire de trop sous peine qu’il ne s’ennuie. Agents of SHIELD dispose donc d’un atout de poids : son univers a déjà été exposé à travers plusieurs films, ce qui lui permet d’embrayer directement en se focalisant sur la présentation des éléments propres à la série. On retrouve donc des choses très familières, comme Extremis, les Chitauris (évoqués, ils ne sont pas présents), le sérum du super soldat…sans oublier le SHIELD bien sûr, qui est au coeur de la série. D’ailleurs pour ce premier épisode nous avons droit à la présence de Maria Hill, mais ce qui fait un peu bizarre par rapport au film (et à son modèle de papier) c’est que Cobie Smulder porte les cheveux longs comme dans How I met your mother. Un détail certes, mais ça surprend… 😉

Agents of SHIELD

Parmi les revenants, on retrouve également le « fils de Coul », c’est à dire l’agent Phil Coulson. Même si on essaie un peu de jouer le jeu de la surprise (avec une entrée en scène hilarante), sa présence dans la série tenait du secret de polichinelle. Clark Gregg reprend donc son rôle et campe l’agent Coulson avec toujours autant de talent.

Agents of SHIELD

Le retour de Phil Coulson est en tout cas un des mystères de la série : il a beau dire qu’en fait il n’est pas mort, on se rend compte très vite qu’il y a anguille sous roche (comme sa façon très mécanique de répéter la même chose à propos de sa convalescence) et la conversation entre Maria Hill et le médecin du SHIELD laisse entendre qu’il y a anguille sous roche. S’agit–il d’un remplacement par un LMD (Life Model Decoy), le SHIELD étant friand de l’utilisation de ces androïdes plus vrais que nature dans les comics ? Ou alors est-ce que Coulson n’aurait jamais été humain ? Pour le moment, on ne le sait pas. On peut apprécier en tout cas que l’on n’ait pas toutes les clefs dès le départ, cela ouvre la voie à une résolution travaillée de cette intrigue et pourquoi pas un cliffhanger pour la fin de la saison…

Agents of SHIELD

Mais même s’il est un personnage important, Phil Coulson n’est pas le seul protagoniste de la série. On retrouve en effet toute une équipe à ses côtés, constituée d’agents du SHIELD et d’une civile. Ces agent du SHIELD sont deux agents de terrain (joués par Ming-Na Wen et Brett Dalton) et deux scientifiques un rien barrés (joués par Iain De Caestecker et Elizabeth Henstridge). On sent bien là aussi la patte de Joss Whedon, avec une équipe dont chaque membre a une identité bien définie. Quant à la civile, il s’agit d’une hackeuse incarnée par Chole Benett (qui a des faux airs d’Eliza Dushku je trouve) qui se retrouve embarquée dans l’histoire du premier épisode et à qui Phil Coulson propose de rejoindre l’équipe. Du coup le point de vue du « petit nouveau » qui permet de présenter la situation au téléspectateur est essentiellement associé à ce personnage, et à l’agent Ward dans une moindre mesure. Les différents comédiens sont en tout cas très à l’aise, Ming-Na Wen ayant même la très bonne idée d’être beaucoup moins pénible que dans la série Urgences… 🙂

Agents of SHIELD

Pour ce premier épisode, l’intrigue tourne autour d’expériences autour d’un mélange détonnant du sérum du super soldat et d’Extremis. Le mystérieux personnage incarné par J August Richards n’est donc décidément pas Luke Cage comme les vidéos promotionnelles pouvaient le laisser penser, mais une victime de ces expériences qui lui ont donné des super pouvoirs. L’histoire est très intéressante, avec ces petites touches d’humour qu’on retrouve dans les productions de Joss Whedon et un joli clin d’oeil à Retour vers le futur avec le décollage de Lola (la voiture de l’agent Coulson) à la fin de l’épisode. Plusieurs intrigues sont lancées (les expériences, la survie de l’agent Coulson, le passé de l’agent May…) et on sent que du côté du scénario il y a pas mal de choses de prévues.

J’ai vraiment été conquis par ce premier épisode d’Agents of SHIELD, qui démarre vraiment en beauté. Il reste maintenant à espérer que la série va tenir la distance et ne pas caler en route. Ce serait dommage, parce que là franchement un univers aussi riche et bien exploité entre le petit et le grand écran, c’est ambitieux et pour l’instant c’est épatant ! 🙂

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.
Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

6 réponses à Agents of SHIELD – Saison 1, épisode 1

  1. Stephane dit :

    Tu sais si une chaine française a acheté les droits ?

  2. Stephane dit :

    On a donc une chance de la voir un jour de façon légale … 😉

    • Lord_Leonardo dit :

      Pas sûr! M6 maltraite souvent les séries dites de « geek » depuis les années 2000.

      Citons Battlestar Galactica qui n’a jamais été diffusée malgré l’acquisition des droits et la diffusion du pilote pour Noël;

      Stargate dont on a jamais eu la fin de la saison 10 sur M6 (ils ont coup